Ville de Varilhes

Transparence, démocratie participative et solidarité

Ville de Varilhes
Transparence
Suivez les engagements, projets et actions de la Municipalité - Consultez les comptes-rendus des Conseils municipaux - Soyez au courant de toutes les activités des services municipaux et de vos enfants à l'ALAE - Trouvez toutes les informations utiles sur votre ville et bien plus encore !
Ville de Varilhes
Démocratie participative
Signalez-nous tout incident, problème sur la voie publique, dysfonctionnement technique - Débattez sur une problématique locale, une action politique, une mesure concernant la ville et ses habitants, une compétence communale, une question d’intérêt communal - Soyez au courant de toutes les prochaines réunions de quartiers et de concertation - Proposez-nous vos idées - Donnez votre avis sur Varilhes - Posez vos questions aux élus - Ecrivez-nous et obtenez rapidement une intervention des services municipaux et une réponse personnalisée !
Le Défi Varilhois
La deuxième édition du Défi Varilhois a eu lieu le samedi 15 juin 2019. Nos courageux participants ont joué le jeu et ont bravé les quelques 44 épreuves situées sur 6 zones dans Varilhes. Ils ont mérité leurs Diplômes du Varilhois qui ont été distribués avec mention. Vivement la 3ème édition !
Image is not available
previous arrow
next arrow
Slider

Services publics en ligne

Pour les particuliers

Fiche pratique

Médiation pénale

Vérifié le 10 mai 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre), Ministère chargé de la justice

La médiation pénale permet de résoudre à l'amiable le litige lié à la commission d'une infraction de faible gravité. L'auteur de l'infraction s'engage à réparer les dommages subis par la victime. C'est le procureur de la République ou les officiers de police judiciaire désignés par lui qui peuvent proposer la médiation pénale. Mais la victime doit manifester son accord. En cas de désaccord ou de non-exécution de l'accord, le procureur de la République peut reprendre les poursuites.

La médiation pénale est une mesure alternative aux poursuites. Elle permet de réparer un dommage subi par une victime ou de résoudre un litige. Elle consiste en un accord amiable entre l'auteur des faits et la victime. Elle évite la tenue d'un procès.

Le procureur de la République saisi d'une plainte peut faire procéder à une mission de médiation pénale s'il lui apparaît que cette mesure peut permettre :

  • d'assurer la réparation du dommage subi par la victime,
  • ou de mettre fin au trouble résultant de l'infraction,
  • ou de contribuer à la réinsertion sociale de l'auteur des faits.

L'auteur et la victime sont clairement identifiés et les faits doivent être simples, clairement établis et peu graves.

Il s'agit de contraventions et de certains délits.

Ainsi, une médiation pénale pourra avoir lieu dans les cas suivants :

  • Injures, menaces, tapage nocturne
  • Violences légères, vol simple
  • Dégradation de biens
  • Non-paiement de pension alimentaire et non-présentation d'enfant

  À savoir

en cas de violences conjugales, la médiation n'est possible que si la victime en fait la demande.

Initiative

La médiation pénale est organisée par le procureur de la République ou par les officiers de police judiciaire qu'il désigne, avec l'accord de la victime.

Elle est mise en œuvre par un médiateur pénal, désigné par le procureur, et se déroule dans un tribunal, dans les locaux d'une association, une maison de justice et du droit ou une antenne de justice.

Entretiens individuels

Le médiateur pénal convoque chacune des parties (auteur et victime de l'infraction) à un entretien individuel.

Les parties peuvent ne pas répondre aux convocations ou refuser la tentative de médiation. Le dossier est alors renvoyé au Procureur de la République. Le procureur peut alors décider de lancer un procès.

Si elles répondent à la convocation, les parties tentent, avec l'aide du médiateur pénal, de parvenir à une solution amiable (versement de dommages et intérêts, excuses par exemple). Si la personne mise en cause est mineure, les parents doivent participer à l'entretien.

Les parties peuvent être assistées par un avocat si elles le souhaitent.

  À savoir

En fonction des ressources, l'aide juridictionnelle permet de payer les frais d'un avocat en totalité ou en partie. Elle peut être accordée aussi bien à la victime qu'à la personne mise en cause.

Si la médiation réussit, un procès-verbal signé par les parties est dressé par le procureur de la République ou le médiateur, qui le signe également. Il indique les termes de l'accord, dont notamment les engagements pris. Si la partie mise en cause est mineure, les parents doivent signer l'accord.

Le médiateur vérifie l'exécution des termes de l'accord et adresse un rapport sur l'issue de la médiation au procureur de la République.

Une fois l'accord signé, le procureur clôt alors l'affaire.

En cas de non-exécution de l'accord, le procureur peut engager un procès ou une composition pénale.

S'il constate qu'aucun accord ne peut être trouvé, le médiateur en rend compte par écrit au parquet.

Le procureur décide alors de la suite à donner : poursuites ou classement sans suite.

Pour les associations
Pour les entreprises