Zéro Phyto

 
 
 
 
UNE VILLE
SANS PESTICIDES
VARILHES
Depuis 2015, la Ville s’est engagée dans un programme baptisé « Zéro Phyto », ou « Zéro Pesticide », le service Espaces Verts n’utilise plus de pesticides ni d’engrais chimiques dans les espaces verts y compris dans le cimetière, afin de préserver la biodiversité et de protéger l’environnement..

Un cadre législatif : la Loi Labbé

La loi du 6 février 2014 visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires au niveau national, dite ‘loi Labbé” et la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, prévoient que les produits phytosanitaires (sauf les produits de bio-contrôle inscrits sur une liste) seront interdits :

  • dans les espaces publics à compter du 1er janvier 2017 : interdiction de l’usage des produits phytosanitaires par l’Etat, les collectivités locales et établissements publics pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts, voiries.
  • de vente, détention et utilisation pour les particuliers non professionnels (jardiniers amateurs) à compter du 1er janvier 2019.
  • Les produits phytosanitaires ne seront plus en vente libre en magasin à compter du 1er janvier 2017

 Pourquoi zéro pesticides?

  • pour la protection de la santé publique,
  • pour la protection des ressources en eau,
  • pour la préservation de la biodiversité,
  • pour la protection de l’air et des sols….
  • pour ne pas contaminer les nappes phréatiques, notre source d’eau potable.

En effet, les pesticides, même à très faible dose, sont dangereux et toxiques !

Evolution des pratiques dans la commune

Ce changement de pratique a entraîné un véritable bouleversement dans la façon de traiter l’espace public pour la mairie.

Grâce à l’acquisition de nouveaux matériels (balayeuse de voirie, épareuse…), les employés communaux interviennent sur les trottoirs, places, parkings et bords de route. De plus, l’engazonnement de nouvelles zones ou les praires naturelles évitent le traitement de ces espaces.

La place de la nature en ville

Le passage au zéro pesticide est aussi un défi et l’opportunité de proposer une nouvelle conception de la nature en ville, celle d’une matrice verte, riche de biodiversité et bénéfique à tous.

Il est évident que les agents municipaux, même avec ces nouveaux équipements, ne peuvent plus agir aussi radicalement sur les petites pousses indésirables qui apparaissent régulièrement sur l’espace public (entre les façades et les trottoirs, dans les interstices des bordures…) et dans l’entretien des espaces verts. La municipalité compte donc sur la bonne volonté et la compréhension de tous pour accepter d’avoir une nature moins maitrisée et plus sauvage..

Pas à pas, la nature reprend sa place après des décennies passées à l’éradiquer.

Le cimetière passe au vert

La conception traditionnelle du cimetière minéral, où les plantes sont synonymes de défaut d’entretien, a fait son temps. Le passage au zéro phyto permet d’envisager le cimetière comme un espace paysager, où la nature a toute sa place. L’entretien d’un cimetière sans pesticides nécessite plus de main d’œuvre (près de dix fois plus).

Le service des espaces verts travaille progressivement sur la végétalisation du cimetière pour limiter le recours au désherbage mécanique. La phase de transition demande plusieurs années pour arriver à un rendu esthétique, le végétal devant s’adapter au terrain. Mais à terme, c’est la sauvegarde de la nature qui est en jeu. Le choix du respect de l’environnement est une priorité et le changement des mentalités ne pourra que faciliter l’appropriation de ce nouvel espace « vert ».