Les frelons asiatiques

Le frelon asiatique, Vespa velutina nigrithorax, est une espèce invasive très virulente que l’on rencontre en Asie continentale jusqu’au nord de l’Inde et dans les montagnes de Chine.

frelon

Naturellement acclimatée à un milieu tempéré à sub-tropical, cette sous-espèce a été introduite en France par erreur, au début des années 2000 dans le Sud-Ouest de la France, dans une cargaison provenant d’Asie et a envahi peu à peu le territoire jusqu‘en Ariège.

Comment reconnaître le frelon asiatique ?

Long de 20 à 30 millimètres, le frelon asiatique est bien plus gros que nos abeilles ou guêpes mais est plus petit que son cousin Européen. Il est facilement reconnaissable, son thorax et sa tête sont noires et son abdomen présente des segments bordés d’une fine bande jaune. Seul le quatrième segment de l’abdomen porte une large bande jaune orangé.

Les caractéristiques du nid

Le début du printemps marque la reprise de son activité où les fondatrices vont construire des nids primaires afin d’y pondre des œufs qui donneront les premières ouvrières. Les ouvrières vont ensuite façonner les nids en forme de sphère qui pourront atteindre 60 à 80 cm de diamètre. Le frelon asiatique nidifie principalement dans la cime des arbres, mais il est possible de trouver des nids sous des abris aérés (hangar, grange, fenêtre,…), dans des murs, des arbres creux, des buissons et des tas de bois.

nid1
nid3

Les facteurs de risque

Le frelon asiatique est peu agressif envers l’homme, lorsqu’il est en solitaire. Il n’en est pas de même à l’approche du nid où l’attaque peut être collective et virulente.

Outre la menace sécuritaire pour les hommes, il a un réel impact sur la biodiversité et notamment sur les pollinisateurs qui constituent l’alimentation des frelons asiatiques. Le frelon asiatique est notamment un effroyable prédateur pour les abeilles domestiques (bien plus important que le frelon européen), aussi bien dans le temps (de juillet à décembre), qu’en intensité (toute la journée).

Afin d’agir activement contre ce prédateur, la Commune a décidé de prendre en charge la destruction des nids de frelons asiatiques.

Que faire si vous découvrez un nid de frelons asiatiques ?

La Commune de Varilhes a intégré la lutte contre les frelons asiatiques dans ses compétences et assure la destruction des nids de frelons asiatiques sur le territoire communal.

Pour une prise en charge de la destruction du nid, la procédure est la suivante :

1) Le particulier contacte la mairie par téléphone ou mail de la présence d’un nid, il peut joindre dans la mesure du possible une photographie du nid.

2) Le policier municipal vous contactera et se déplacera sur les lieux pour vérifier s’il s’agit bien d’un nid de frelons asiatiques.

3) Le policier municipal valide la demande d’intervention et la commune mandate une entreprise.

4) L’entreprise dispose d’un délai de 10 jours ouvrés à compter de la réception du bon d’intervention, pour intervenir.

En cas d’identification d’un nid de frelons asiatiques représentant un risque élevé pour les usagers (école, crèche, …), la Commune  pourra mandater l’entreprise à intervenir rapidement.

6) Le nid sera évacué et détruit selon les règles de l’art. Après intervention, l’entreprise remettra au particulier et enverra à la mairie un bon d’intervention.

Fabriquez votre piège à frelons asiatiques 100% récup'

“Pas besoin de faire compliqué ! Vous prenez une bouteille d’eau en plastique, vous en découpez le haut ; vous mettez cette partie à l’envers de façon à avoir une sorte d’entonnoir. Ensuite, vous prenez une seconde bouteille que vous encastrez sur le dessus”

  1. Utilisez un appât sélectif pour attirer les frelons asiatiques.

Versez un appât le plus sélectif possible par le haut  dans la bouteille. Le but est de piéger autant que possible seulement les frelons asiatiques et surtout pas les abeilles.

L’appât sélectif le plus efficace se compose de : 

  • Un quart de volume de sirop de grenadine ou de cassis, utilisé pur ;
  • Un demi-volume de bière brune ;
  • Un quart de volume de vin blanc (qui repousse les abeilles).

 Rechargez le piège en appât tous les 15 jours environ. Lorsqu’un ou deux frelons seront pris au piège, ils émettront des signaux de détresse attirant les autres frelons alentour.

2. Utilisez les pièges à frelons asiatiques aux bonnes périodes

Afin de piéger sélectivement le frelon asiatique, ne mettez vos pièges en place que pendant deux périodes bien précises, afin d’éviter que trop d’insectes autres que des frelons asiatiques ne soient piégés :

  • Du 1er février au 15 avril, période où le frelon asiatique sort d’hibernation ;
  • Du 15 octobre à la fin novembre.

3. Placez les pièges à frelons asiatiques

  • Un ou plusieurs pièges, selon la taille de votre jardin.
  • En hauteur, par exemple dans un arbre.
  • En dehors des endroits assidûment fréquentés : terrasse, entrée de la maison, terrain de jeux des enfants…

4. Débarrassez-vous du piège rempli de frelons

Au bout d’un moment, votre piège est saturé de frelons et ne fonctionne plus. Cependant certains frelons peuvent être encore vivants à l’intérieur. Prenez des précautions pour vous débarrasser de ce piège :

  • Placez le piège dans un seau ou une bassine.
  • Remplissez le piège et le récipient avec de l’eau pour noyer les frelons.
  • Attendez 24 heures.
  • Mettez le piège à la poubelle.
  • Remplacez-le par un autre si besoin.

5. Faites détruire les nids de frelons asiatiques

Si votre piège se remplit de nombreux frelons, il y a sans doute un nid près de chez vous.

  • Ne vous aventurez en aucun cas à le rechercher, encore moins à tenter de le détruire, le danger de se faire piquer est trop grand : une seule piqûre peut entraîner un grave choc anaphylactique chez une personne allergique.
  • Renseignez-vous à la mairie pour obtenir les coordonnées de professionnels qui interviennent dans votre région.
  • Faites appel exclusivement à ces professionnels (les frais sont à votre charge).

La destruction des nids de frelons n’est pas obligatoire, mais si vous n’y avez pas procédé, vous seriez tenu pour responsable si quelqu’un se faisait piquer.

Retour en haut de page